INTERVIEW

Lorsqu’on pense au 4L Trophy, les premières images qui nous viennent sont ces belles voitures de collection traçant sur les routes jusqu’au désert marocain ou encore des paysages à couper le souffle.

Mais ce à quoi on pense moins, c’est la difficulté des participants à monter leur dossier, trouver les subventions pour finaliser leur projets, retaper leur voiture. Un énorme travail de préparation et une bonne grosse dose de stress.

Enfin d’en savoir plus sur ces difficultés, je suis allé à la rencontre d’une ancienne participante du 4L Trophy édition 2014 et futur participante de l’édition 2015.

nina 4L 2

 

Bonjour Nina. Pourriez vous commencer par vous présenter s’il vous plait?

« Je m’appelle Nina, j’ai 23 ans, je suis étudiante en journalisme et je participe au 4L Trophy 2015. »

Pouvez vous nous en dire plus sur les difficultés que vous avez rencontré pour préparer votre aventure au 4L Trophy?

« On parle souvent de l’aventure sur place, sur la route et au Maroc, mais souvent la réelle aventure commence au moins un an avant. On apprend à faire des choses que l’on avait jamais faites avant : assurer une voiture, monter un dossier de sponsoring, démarcher les entreprises, créer un budget prévisionnel, faire des factures, ouvrir un compte… On devient de vrais commerciaux ! C’est vraiment dur de faire ça en parallèle de notre vie de tous les jours, les amis, les études… C’est beaucoup de stress. « 

Avez vous financé de votre poche une partie du projet ou le sponsoring s’est-il avéré suffisant?

« Pour notre équipe, 95% de notre financement a été pris en charge par les donations. Le coût total s’élève tout de même entre 5000 et 8000 euros. Ça fait quand même beaucoup. Sans ces aides, ça n’aurait jamais été possible. »

Est-ce difficile de trouver des sponsors?

« Ça fait maintenant 18 ans que le 4L Trophy existe donc ça commence à être très connu. On est beaucoup plus crédibles auprès des entreprises. L’événement est maintenant ultra médiatisé donc beaucoup de nos sponsors se font un bon coup de pub en nous aidant à participer à cette aventure. Après, il ne faut pas se leurrer, il faut se vendre, et c’est pas évident. Mais si ta motivation est sans faille, en général, l’entreprise le voit et accepte. »

« On rencontre de tout. Des gens qui voudraient mais qui ne peuvent pas financièrement. D’autres qui s’en moquent. Et d’autres qui ne connaissent pas le 4L Trophy et qui adorent le concept. Après beaucoup de jeunes utilisent leurs contacts. La famille, les connaissances, les amis, tout est bon à prendre. « 

« Dans notre équipe nous avons réussi à avoir des sponsors mais aussi beaucoup de subventions grâce à des particuliers. Des gens comme toi et moi.  Sans cette générosité individuelle, ça aurai été très dur pour nous de partir. « 

L’organisation du 4L vous aide un peu ou êtes vous livré à vous même?

« L’orga du 4L ne nous aide quasiment pas. C’est un peu comme une sélection naturelle je pense. Seuls les plus vaillants sont pris. Ils nous font des prix très abordables sur des stylos que l’on peut revendre par la suite, on nous donne des petits conseils sur le site mais c’est tout. « 

Ya-t-il eu des moments où vous ne pensiez plus pouvoir partir?

« Tous les jours! Jusqu’au jour de l’inscription finale c’est jamais fini. Les problèmes financiers, juridiques, administratifs, de temps…  Quand tu viens de t’inscrire au 4L, tu rentres dans une espèce de psychose. Tu as peur de perdre ton permis, de tomber malade juste avant le départ etc… C’est jamais acquis.

L’année dernière pour moi ça été dur jusqu’au moment du départ. Lors de cette journée tant attendue où tous mes soucis devaient s’envoler, les mécaniciens du 4L ne nous ont pas donné leur accord car les jantes de notre voiture n’étaient pas aux normes. Oui les jantes! Heureusement mon mécano est venu depuis Toulouse et a réglé le problème. 

C’est ça le 4L, tu trouves en toi une force que tu n’aurais jamais pensé avoir. « 

Un petit mot pour la fin? 

« Toutes ces galères font la magie du 4L. Celui qui arrive clé en main ne vivra pas la même aventure que celui qui a galéré. On est encore plus fier quand on met la clé dans le contact et qu’alors l’aventure commence ! En tout cas pour nous, cette année, il n’y a plus qu’à attendre et croiser les doigts. « 

nina 4L

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :